Monthly Archives: Septembrie 2012

Prière pour le poète de la Rue Saint Paul

Ayez pitié, Dieu, ayez pitié
de l’âme du pauvre fils de la française,
de ce poète qui a connu la prière
et Vous a imploré le sommeil éternel.

Ayez pitié, Dieu, de cet âme,
ne lui donnez pas ce qu’il a demandé, mais
donnez lui la Vie Eternelle,
afin qu’il soit chez Vous, en Ciel.

Poème qui devient Prière

Le pire en est d’aller comme ça,
ne savoir qu’adviendra,
un pas en haut, un pas en bas…
Que Dieu ait pitié de moi !

Maintenant les puces vont à la mer
vêtus en des habits de fer.
Maintenant la joie est obligée
a ne pas voir le monde vrai…

„Amour courtois” ! En occurrence
toutes les sottises veuillent en France !
Que veuille Dieu que j’ai la Foi
comme un cachet pressé en moi.

Que veuille Dieu que j’ai l’Amour
des Cieux planté en moi toujours.
Que veuille Dieu qu’en Roumanie
et en Belgique tout l’monde prie.

On va porter une plainte

On va porter une plainte
envers le calendrier,
car Dieu sait la feinte
de tous nos maths pêchés.

On va porter une plainte
envers nos graves pêchés !

On va porter une plainte
envers l’ordinateur,
car toute cette salle logique
n’apporte le Bonheur !

On va porter une plainte
envers nos graves pêchés,
car Dieu seul nous montre
l’envers de nos pensées.

On va porter une plainte
envers tout ce qu’on a
du malfaiteur appris
et fait dans ses voies.

On va porter une plainte
pour notre bon Jésus.
Il va monter la tente
de nos chagrins aux Cieux.

Petite pensée

Je vais arriver à ce que
Dieu a résérvé pour moi.

J’ai perdu quelques luttes
avec le malfaiteur
mais je vais arriver là où Dieu veut
que j’arrive.

Laissons toutes les charges
de nos vies apart
et restons comme Marthe
aux pieds de Dieu.

Pas facile…

C’est pas facile à finir le jour d’aujourd’hui.
Demain sera peut-être un autre jour,
si Dieu le voudra, mais
le jour d’aujourd’hui
est pas facile à finir.
Que faire?
Que veut Dieu qu’on fasse?

Où est tu exactement ?

Seul Dieu sait maintenant
que fais-tu exactement
en cette heure où le soleil s’étend
sur Evere comme dans un étang …

Où est tu ? Quelle est la robe
que tu as volée aujourd’hui à ta garde-robe ?
Sur quels trottoirs ont battu tes pas
le rythme du monde qui va tout en bas ?

Et quand encore tes yeux des étincelles
voudront fermer dans eux comme dans un lac
les larmes de ma vie, mes yeux glacés
et toutes les amertumes de mon sac?